Articles

Partager cet article

Actualités / L'Association

Bilan de l’assemblée générale 2018

Assemblée Générale 2018 de l’association Alumni Agro Bordeaux.

  • Mot d’Olivier Lavialle, directeur de l’école Bordeaux Sciences Agro, ancien étudiant de l’école et membre de l’association

Le Directeur fait tout d’abord le constat qu’il est le plus vieux des anciens présents à l’AG : il pense que le but premier de l’association reste de mobiliser les étudiants des générations antérieures aux générations rentrées à partir de 2010. Les participants à l’AG restent de « jeunes » anciens.

Il revient ensuite sur l’actualité du moment c’est-à-dire le projet de fusion de trois écoles d’enseignement agronomique supérieur : AgroParis Tech, Montpellier Sup Agro et AgroCampus Ouest.

Le but du projet est de mieux se positionner à l’international (recrutement d’étudiants et de professeurs étrangers, visibilité…) à l’instar des écoles et des universités d’Europe du Nord comme celle de Wageningen. Les écoles garderont leurs sites respectifs et leur indépendance.

BSA a été approchée mais la décision a été prise de privilégier l’ancrage territorial de l’école.

Pour le directeur il y a un risque de revoir apparaître une distinction entre écoles et de revoir des écoles de premier cercle (anciennes ENSA) et des écoles de second cercle (anciennes ENIT).

Les trois options pour BSA sont :

  • Fusion avec ce nouvel établissement
  • Politique de site et d’ancrage territorial : privilégier le rapprochement avec l’université de Bordeaux via des masters communs notamment et constitution d’un pôle agronomique régional avec des acteurs de la recherche comme l’INRA. Cette option se justifie d’autant plus que BSA est la seule école supérieure en agriculture au sein de la Nouvelle Aquitaine.
  • Solution intermédiaire : garder une politique de site tout en tissant des liens avec le nouvel établissement pour recruter à l’étranger ou organiser des mobilités de 3ième année.

Pour le moment la troisième option est privilégiée.

Dans ce contexte-là il pense que l’association des anciens à un fort rôle à jouer notamment dans la visibilité de l’école et dans l’affirmation de son identité.

Le débat autour du rapprochement avec d’autres entités se pose pour notre association : devons-nous rester purement anciens de BSA, nous rapprocher d’autres réseaux d’anciens, qu’ils soient issus d’écoles d’agriculture ou d’autres réseaux ? Comment peser face aux réseaux des écoles privées notamment Purpan ?

Il pense que notre premier objectif est de recruter des anciens issus de promotions antérieures à 2010.

Le choix de s’ancrer dans le territoire universitaire a déjà été choisi par deux autres écoles l’ENSAIA de Nancy et l’agro de Toulouse au sein de l’INP. La personnalité de l’école de Nancy a-t-elle était diluée dans le rapprochement avec l’Université de Lorraine ? C’est une question qui se pose et qui traduit peut être une menace sur le recrutement d’étudiants et la visibilité de l’école.

L’école fait déjà partie d’Agreenium pour se projeter à l’international et se rapproche de l’université d’Uppsal

  • Rapport moral de l’ancien président Damien Toublant.

Damien a été élue en 2016 et souhaite passer la main : un défi universitaire l’attend puisqu’il rentre en thèse et il souhaite s’y consacrer pleinement.

Le président rappelle tout d’abord ce que le mot Alumni signifie : toute personne ayant le statut d’étudiant à BSA ou ayant reçu un diplôme de BSA peut être considéré comme tel. Cela veut dire que le statut est ouvert maintenant aux élèves n’ayant pas suivi le cycle ingénieur. Cela concerne les étudiants de masters notamment.

Il rappelle ensuite le défi de l’association qui était en veille avant 2016 : notre association est une association jeune sous sa forme actuelle même si elle existe depuis la naissance de l’école. Ce défi se concrétise par la création d’un annuaire fonctionnel des anciens qu’il s’agit maintenant de mettre à jour, de tenir à jour, en un mot de faire vivre.

Le rôle de l’association est d’accompagner chaque étudiant quel que soit ses moyens dans la construction de son réseau professionnel. L’idée de justice prend ici tout son sens. L’association doit être une aide dans l’après Bordeaux pour que chacun puisse mobiliser les compétences acquises à l’école et se prépare à des métiers dans un contexte en mutation. Ici c’est la question de la préservation des ressources naturelles qui est citée pour appuyer l’idée de mutation.

La construction de son réseau professionnel est importante car le réseau sert

  • A s’éveiller aux autres
  • Affiner et conforter ses choix professionnels
  • Accompagner ses projets professionnels

Le réseau professionnel se fait vivre et doit rester dynamique : c’est le but de l’association.

Enfin l’association se doit de soutenir l’école notamment dans la structuration des offres de formation. Ce point est abordé lus en détail lors de la signature de la convention avec l’école.

Avant la signature le président met en perspective l’histoire de l’association. Celle-ci est née en 1969 avec la création de l’école. Cela veut dire que les 4000 diplômés depuis sont potentiellement à intégrer dans les anciens et représentent un réservoir très important. L’association a connu une chute des adhérents très forte entre 2010 et 2013. La renaissance de l’association en 2016 s’est fait grâce à ses bénévoles. Il a fallu tout d’abord organiser le fonctionnement de l’association, acquérir de la visibilité sur les réseaux sociaux. L’association, malgré le changement du conseil d’administration, doit continuer ce travail, sans s’essouffler à nouveau. Elle doit aussi bâtir une véritable offre de service pour ses adhérents au travers d’un annuaire des anciens notamment.

L’anniversaire des 50 ans de l’association en 2020 doit être le point d’orgue de cette renaissance. Il reste deux ans pour avancer sur le chantier de l’annuaire.

L’emploi étudiant (10h/semaine) est aussi important à la survie de l’association. L’objectif est d’arriver à salarier une personne via un service civique (24h/semaine).

  • Signature de la convention avec l’école

L’école s’engage à mettre en avant l’association dans certains évènements qu’elle organise et constituer ainsi un relais de communication pour notre association.

Elle s’engage à mettre à disposition des salles dans la limite des salles disponible et sous condition d’une réservation préalable.

Elle met à disposition un emploi étudiant (10h/semaine). Pour le moment c’est Adèle Chabbert qui occupe le poste.

Le président d’Alumni Agro Bordeaux est invité au conseil d’administration de l’école et possède une voix consultative.

De son côté l’association s’engage à participer aux évènements organisés par l’école concernant la construction du projet pro de l’étudiant (Agro N Job, Forum des métiers…). Pour cela les témoignages des anciens étudiants sont très importants.

L’association est un relais d’information pour l’école auprès des anciens.

Elle s’engage aussi dans l’amélioration des formations proposées par l’école pour que celles-ci soient les plus adaptées possibles au contexte du monde professionnel.

Elle s’engage à améliorer le rayonnement de l’école grâce à la coopération des anciens étudiants.

Elle s’engage à tenir à jour l’annuaire des anciens.

  • Bilan d’activité présenté par Théo Romuale

Il s’agit pour Théo de présenter les principales dates qui ont marqué la vie de l’association depuis la dernière AG du 17 juin 2017.

  • Rencontre avec les différents responsables de formation de l’école. Ce point amèe des interrogations dans la salle autour de la cohabitation avec d’autres réseaux professionnels comme la chaire AgroTIC par exemple.
  • Organisation d’ateliers thématiques : la formule s’appuie sur une ou deux présentations par des anciens de l’école autour d’un sujet d’actualité. Les présentations sont suivies d’un débat. Ce type d’évènement est ouvert aussi à un public non agricole. Les derniers thèmes choisis ont été la compensation agricole et l’agriculture de précision.
  • Réalisation de portraits d’anciens : http://alumni-agro-bordeaux.org
  • Mise en place de l’annuaire des anciens
  • Bilan financier présenté par Anaïs Huot

Anaïs présente les différents postes de dépenses et de recettes de l’association. La création du site internet et de l’annuaire  représente 2250 euros. Cette somme a été prélevée sur les réserves.

Les réserves constituent le principal poste de recettes puisque ce poste s’élève à 2585 euros. Les autres recettes sont les cotisations : 680 euros sur l’exercice.

Il reste au moment de l’AG 1500 euros sur le CCP et 4014 euros sur le compte épargne. Ces réserves viennent des précédentes associations.

Le nombre de cotisations reste faible malgré le tarif bas (30 euros d’adhésion à l’année) et la possibilité de devenir membre à vie. Ce tarif avantageux permet de ne pas perdre des anciens au fur et à mesure des années et permet de pallier à des oublis d’adhésion.

Pour 2018 1200 euros d’évènementiel ont été budgétisées. Pour y faire face l’association se fixe un objectif de 40 adhésions. De plus l’association cherche à établir des relations de sponsoring et mécénat. Le mécénat reste défiscalisable en partie pour l’entreprise. La question du mécénat fait naître des interrogations quant à la source de l’argent. Est-ce que l’association peut accepter tous les mécénats dans un contexte de préservation des ressources naturelles décrit plus haut par le président ? Le sponsoring se fait par tranche : 500, 1000 ou 2000 euros/an. La remarque est faite que cette recherche de sponsor ne doit pas empiéter sur la recherche de sponsors par l’école.

L’association passe ensuite au vote des bilans (moral, d’activités et financier) qui sont adaptés à l’unanimité par les membres adhérents participant à l’AG.

L’équipe en place détaille ensuite la stratégie de l’association à objectif 2030. Plusieurs axes de travail ont été retenus :

  • Travailler sur l’annuaire et la carte des anciens pour améliorer le réseau en région et dans le monde (antennes) et faire augmenter le nombre de cotisations
  • Travailler avec d’autres réseaux d’anciens en se rapprochant notamment du réseau UniAgro. La coopération a été lancée avec ce réseau à l’échelle locale. Ce réseau rassemble les associations des anciens des 5 ex ENSA et l’association des anciens de l’école d’Alger. Depuis 2016 le réseau est aussi ouvert aux associations des anciens des ESA (dont l’école de Purpan).

UniAgro Aquitaine fédère 2121 membres autour de Bordeaux et de Pau. Le réseau organise des évènements et les responsables sont intéressés par les ateliers thématiques organisés par notre association

  • Co-organiser le gala à partir de 2019 et continuer à participer à la remise des diplômes
  • Proposer une offre de service : aide à la rédaction du CV et de lettres de motivation, organisation de soirées de rencontres ou des anniversaires des promotions (prestation de services), organisation d’ateliers thématiques, de journées « Vis ma vie de professionnel », soutient aux projets étudiants, relais des actions de l’école.
  • Questions et remarques

L’AG se termine par un temps de questions de la part des participants à l’AG.

  • Comment informer les anciens dans les modifications des formations ? (ex de la spécialisation GREEN par exemple). Les anciens peuvent s’appuyer sur les responsables de formation pour répondre aux questions d’éventuels candidats.
  • Comment mieux valoriser la formation par apprentissage ? Cette question venant d’une ancienne apprentie de la spécialisation MEA elle concerne plutôt la modalité longue (3 ans en exploitation agricole). Le Directeur reconnaît que le travail est encore long car l’apprentissage souffre d’une mauvaise image.
  • La Co-organisation du gala entre Alumni Agro Bordeaux et l’association des étudiants est considérée comme un point positif. Le Gala doit être un moment d’échange avec les familles et doit permettre de recruter de nouveaux adhérents. Cet évènement permet de garder un lien entre l’école et le monde professionnel. C’est un évènement lourd à organiser par des étudiants qui sont nombreux à partir en Erasmus en deuxième année. Le relais d’Alumni est le bienvenu.
  • Ouvrir les ateliers thématiques peut être un point d’accroche avec la mairie de Gradignan et la métropole Bordelaise
  • Comment éviter les coupures des adresses mail @agro-bordeaux.fr ? Le directeur propose l’idée d’une adresse à vie du type prénom.nomannéedesortie@agro-bordeaux.fr pour garder un lien anciens/école.
  • Comment dynamiser l’annuaire ? Le rôle de webmaster apparaît ici primordial.
  • Les participants font remarquer l’effort de présentation pour la mise en place des deux sites internet de l’école et de l’association
  • Comment structurer les groupes et page facebook de l’association ?

Partager cet article

Répondre